Un treck pas comme les autres

C’est parti pour une drôle rando de 2 jours au sud du Laos, à Thakhek, avec 2 finlandais, un hollandais et notre guide, complètement fou mais tellement drôle !

Ce treck est organisé par le gouvernement laotien, qui propose des randos d’écotourisme avec logement chez l’habitant, et qui garanti une redistribution directe des revenus aux populations locales.

Dès les 1 ères minutes, j’ai su que les choses n’allaient pas se passer comme n’importe quelle rando…

Il nous faut aller dans la forêt. Pour y accéder, 45 minutes de tuk tuk (qui est en réalité un jumbo, un mixte entre tuk tuk et mini bus). Notre guide nous propose de faire le trajet sur le toit du jumbo (là ou l’on met habituellement les bagages)IMG_0984

IMG_1142

45 minutes sur le toit d’un mini bus, à la fraîche, à admirer les montagnes. Ça c’est fait !

Puis c’est parti pour la rando, à traverser des forêts de bambou, mais aussi de nombreuses grottes sur notre passage…

IMG_1014 IMG_1025

IMG_1045De nombreux Bouddhas se cachent dans les grottes laotiennes, pourquoi donc ? Non ce n’est pas parce qu’ils ont démissionné. Pendant la guerre d’Indochine, les laotiens ont vécu des années dans les grottes pour éviter les bombardements. Et ils emportaient avec eux leurs vénérables Bouddhas.

Et voici les nouveaux habitants des grottes (3 fois ma main en longueur, 3 fois ma main en largeur)

IMG_0998Mais il n’y a pas que les grottes à traverser. Il nous faut aussi franchir les rivières. C’est comme avec le toit du jumbo, vaut mieux ne pas avoir peur de tomber…

IMG_1018

L’heure du déjeuner approche. Des poissons frais tout juste pêchés (enfin j’espère), un feu dans la foret, et du riz gluant. Pas de couvert ni de baguette, on mange tout ça à la main, après s’être lavés dans la rivière.

Nous arrivons enfin dans le village ou nous allons passer la nuit, après que notre guide nous ai posé des milliers de questions sur nos pratiques sexuelles en Europe, et nous ai raconté qu’il a saoulé sa belle mère au whisky laotien un soir pour pouvoir négocier plus facilement la dot à payer pour sa femme.

Arrivé au village, rien de tel qu’une partie de pétanque avec les villageois, au fin fond du Laos. Les parties sont endiablées, pas besoin de comprendre la langue de l’autre quand on joue ! On a lancé les paris, une partie perdue = une bière Lao. Et bien on en a payé des bières ! Ils sont trop fort, ils passent leur temps à jouer à la pétanque ces laotiens.IMG_1071 IMG_1089Enfin, petit diner avec les habitants, suivi d’une soirée à discuter de tout et de rien, avec les 2 villageois qui parlent anglais. Dans ce tout petit village perdu, qui parait si prospère, les villageois accueillent avec bienveillance et espoir le progrès, les téléphones, les télévisions, le fait que les jeunes partent en ville, etc., même si tout cela va remettre en cause leurs traditions.

IMG_1098

Le lendemain, levé à 6h30, je vois déjà tout le village actif, des gamines de 8 ans qui font des allers-retours entre chez elles et la citerne, à trimballer des sceaux d’eaux, des vieillards qui font un feu pour brûler les déchets, un homme qui monte tout en haut du cocotier, les enfants qui promènent les vaches, etc. Tout ce petit monde, de la naissance à la mort, avec ce même quotidien, ces mêmes tâches répétitives. Oui je comprend qu’ils veulent le progrès, la TV, le téléphone !

C’est reparti, au programme, 25 km de marche dans les forêts de bambou et sur les montagnes. Dur dur… Mais… c’est sans compter sur un petit coup de pousse matinal. Nous croisons la famille avec qui on a joué à la pétanque hier, dans leur magnifique tracteur, pour aller couper du bambou afin de construire le toit de leur cuisine. Ils nous proposent de nous embarquer, c’est parti pour 5km de tracteur (après le toit du mini bus il fallait bien ça)

IMG_1125Nous finissons les 15 derniers kilomètres à pied, entourés de bambous.

Thakhek est un secret bien gardé, sa région, incroyable, est encore très peu visitée, car peu de gens s’aventurent au sud du Laos !

Je conclurai cet article par les fameuses expressions de notre guide : « Oulala » « boum boum » et « oh my Bouddha », ainsi que par la photo d’un magnifique caneton que j’ai nourri à la casseroleIMG_1136

4 commentaires sur “Un treck pas comme les autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *