L’aventure péruvienne avec Daniel et Thérèse. Episode 1 : une drôle d’aventure !

On commence par un tout petit trajet, pour partir du centre de la France, à Jargeau – et arriver en forêt amazonienne péruvienne, Quillabamba, Pérou. Il suffit tout simplement de prendre une voiture, puis un train, suivi d’un petit RER, un avion, un avion et puis un autre avion, un taxi, et un petit mini bus local. 42 heures après, ça y est on est arrivé, vous pouvez vous réveiller !

C’est parti pour 2 semaines et demi d’aventures au Pérou avec mon père, Daniel, et ma belle-mère, Thérèse, qui m’accompagnent sur une partie de mon voyage.

Le deal est le suivant : les 5 premiers jours, on voyage comme moi (c’est-à-dire à l’arrache, sans rien prévoir, rien réserver, Carpe diem, on verra ce qu’on va rencontrer en chemin). Puis les autres jours, on fait un voyage, organisé par l’association Culture Contact (www.culturecontact.org), qui organise des voyages responsables et solidaires. L’occasion de découvrir ce qui se cache derrière le tourisme responsable et solidaire, et de rentrer au cœur de la culture péruvienne

Episode 1 : une drôle d’aventure. Les 5 premiers jours du voyage

Nous voici arrivés à Quillabamba, petite ville pas du tout touristique aux portes de l’Amazonie. IMG_6770

Pour s’y rendre, ce fut déjà une aventure : 5h de mini bus local, les bagages sur le toit, tous les 3 serrés à l’arrière. Au bout d’un moment, ce n’est plus une route, mais un chemin. Après 40h de voyages dans les pattes, les parents n’en peuvent plus. Mais on arrive à bon port, on trouve un endroit pour dormir. Tout va bien

Le lendemain, nous allons simplement en ville, pour nous laisser porter par le vent. Quand tu voyages depuis longtemps, au bout d’un moment, tu n’ouvres plus les yeux, car tu t’habitues. Et se retrouver avec des personnes qui découvrent cet endroit pour la première fois, c’est magique. Mes parents sont émerveillés par tout ce qui se passent, ils me font ré-ouvrir les yeux sur toute la beauté des choses simples. Comme si j’étais avec des enfants qui s’émerveillent de chaque petite chose, sauf que c’est mes parents

Nous allons au marché, nous nous promenons dans la ville, testons les boissons un peu bizarres vendues dans la rue, allons dans les petits restaurants locaux. Bref, chaque petite chose de la vie quotidienne nous émerveille. Pas besoin de grandeur. La vie de cette petite ville est une attraction en soit, et nous sommes nous même une attraction pour ses habitants, qui nous regardent bien bizarrement.

Et nous rentrons en super moto taxi. C’est comme un petit tour de manège, Daniel et Thérèse attrapent un fou rireIMG_6774

Le soir, je pars en discothèque avec le serveur d’un restaurant. Je rentre à 6h du matin à l’hôtel. Les parents sont inquiets, ils sont réveillés, comme quand j’étais un petit adolescent qui rentrais tard à la maison.

Nouvelle journée. Nous décidons d’aller voir une cascade, à quelques kilomètres de la ville. Nous prenons un taxi collectif, nous sommes 6 dans la voiture + un bébé ! Il nous dépose, il faut marcher longtemps pour arriver à la cascade, et monter ! Se remettre au sport, c’est dur !

IMG_6782
Mais bon… Vu qu’on marche au milieu des plantations de bananiers et de café, on oublie la fatigue… Le lieu est magique !  IMG_6790IMG_6785
Faut redescendre maintenant, mais on n’a pas la force. Comment faire ? Pour ça, il y a la gentillesse des Péruviens. On demande à quelqu’un ou est-ce qu’on peut trouver un moto taxi, et il nous propose de nous ramener dans son pick up, jusqu’à la ville. Après le mini bus bondé, la moto taxi, et le taxi supra collectif, nous voilà, les 3 gringos, à l’arrière d’un pick up.IMG_6795 IMG_6805
Le lendemain nous repartons pour Cusco. Arrivés là-bas, pas de taxi, il y a un défilé. Il nous faut donc traverser la ville (et le défilé !) avec nos bagages. Je vais les achever mes pauvres parents…

Le lendemain, on se fait une petite visite de Cusco, la capitale du peuple Incas. Qu’est-ce qu’elle est belle cette ville est belle
IMG_6806 IMG_6814
On s’arrête au coca shop, déguster des petits thés à base de feuille de coca…

IMG_6822Et nous mangeons la specialite locale… Le cochon d’Inde (ethymologie francaise de cochon d’inde : Inde parce que ca vient des Indes d’Amérique, et cochon je me suis toujours pose la question depuis tout petit : pourquoi on les appellent cochon il est ou le rapport ? En espagnol : cuy. Surement parce qu’un cochon d’inde ça fait tout le temps « cuy cuy cuy » !!)

Moi qui avait des petits cochons d’inde de compagnie quand j’étais petit, c’est dur !!

Avant IMG_7078
Après IMG_6831

Et encore après IMG_6832Et bon appetit bien sur !!

Prochain épisode de « L’aventure péruvienne avec Daniel et Thérèse » : le temple du soleil