La vie de rêve

Anjuna, ce petit village au bord de mer, à Goa. Anjuna, ce petit paradis…

Anjuna, le repère des hippies des années 70… Ils étaient des milliers, venant d’Europe ou des Etats-Unis, traversant le moyen orient, pour se rassembler sur cette plage d’Anjuna. Aucune habitation n’était encore présente, seuls les palmiers bordaient cette grande plage ou ils se rassemblaient autour de grand feux de bois.

Aujourd’hui, l’ambiance n’y est plus la même, mais il y règne toujours une atmosphère particulière, apaisante et naturelle. On se laisse prendre au jeu, à vivre une semaine comme un petit hippy.

Je vous présente mon habitation, un ensemble de cabanes en bambous, sur la plage. Cet endroit est surprenant, charmant, féérique, magique ! Un petit coin de paradis perdu !

IMG_2278 IMG_2236 IMG_2286 IMG_2299 IMG_2287

Et voici ma nouvelle maison, enfin ma cabane en bambou… Je suis perché tout en haut. Mes nouveaux voisins, le feuillage de ces grands palmiers, les noix de coco, et les oiseaux. Je suis tel un singe perché dans son palmier…

IMG_2341La petite échelle pour me rendre à ma maison

IMG_2339Mon petit nid douillé

IMG_2335 IMG_2337La vue de ma maison dans les arbres

Un quotidien simple et beau, à vivre de presque rien.

Le soir, les bruit des vagues me berce au coucher. Le matin, le chant des oiseaux m’annonce le début de la journée. J’ouvre les yeux, je vois la mer. Je prends mon petit déjeuner, au milieu de toute cette beauté, la journée peut commencer.

Après une petite méditation matinale sur la plage, et un peu de lecture, je pars au village pour aller déjeuner et pour mes petites provisions, 20 minutes de marche

Voici la route principale du village, que j.e dois emprunter pour me rendre en ville, les pieds dans l’eau, 20 minutes de marche vraiment difficile…

IMG_2226 IMG_2227 IMG_2230

Et il n’y a pas que les humains qui profitent de la plage en Inde…

IMG_2301 IMG_2306

NB : des agences de voyage sont dorénavant spécialisées auprès de cette nouvelle clientèle de vaches sacrées, qui commencent à avoir les moyens de se payer des vacances au bord de la mer

Arrivé au village, presque pas de routes, seuls des chemins, entourés d’échoppes de tout genre, bordant la plage…

IMG_2225 IMG_2223

Je pars déjeuner. Ici, les vaches et les zébus (ceux qui ont moins d’argent) font la manche aux portes des restaurants.

IMG_2242IMG_2245

L’après-midi, il ne reste plus qu’à partir en scooter explorer les plages environnantes, ou simplement profiter calmement de la vie.

Le soir, il ne reste plus qu’à profiter quelques petites bières avec Sara, ma voisine d’arbre, pour profiter du coucher du soleil du haut de ma cabane en bambou

IMG_2354 IMG_2356IMG_2350

Et ce n’est pas finit ! Mercredi, c’est flea market. Un marché surprenant, à l’ambiance hippies. Un marché bordé de petite échoppes en bois, le long de la plage, et plein de couleurs…

IMG_2257

J’adore cette photo ! C’est ma préférée

IMG_2262

IMG_2259 IMG_2268IMG_2275Pleins de couleurs…

Vous voulez encore des couleurs ? Bon d’accord…

Alors le 27 mars, c’est Holi festival, la fête des couleurs. Toute l’Inde célèbre l’arrivée du printemps ! Objectif : asperger chacun de multiples couleurs. En général, beaucoup d’Indiens ne sourient pas, n’ont pas la mine joyeuse ou avenante… Mais ce jour… leur visage se métamorphose, pleins de sourires, de gaité, d’amabilité… Quoi de plus beau que les fêtes pour révéler la bonté et le bonheur qui sommeille en chacun de nous… La vie devrait être une fête, chaque jour !

IMG_2307 IMG_2316 IMG_2309 IMG_2323N’oublions pas nos amies les vaches sacrées, qui elles aussi, en vacances sur la plage, célèbrent Holi et s’aspergent de couleurs…IMG_2311Une petite conclusion après tant de légèreté…

Pendant une semaine, je n’avais que très peu de confort, au sens matériel du terme (douche froide ou pas de douche, essuyage des fesses à l’indienne après les toilettes…). Je me surprenais à passer mes journées entières pieds nus, plus besoin de tongs. Je me surprenait à garder les mêmes vêtements. Seul mon pantalon hippie, mon livre, et mon appareil photo suffisent pour passer mes journées.

Alors comme le dit ce célèbre proverbe « zimbabwéen » : « quand la nature t’apporte tellement plus, tu oublies le confort et tu t’accommodes de rien. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *