Etre un français en voyage, en 2016

 Jeudi 13 septembre 2016. 8 heures du matin. Au milieu de la forêt amazonienne, dans une petite lodge en bois, je me réveille paisiblement, avec petit déjeuner de fruits tropicaux et entouré du son mélodieux des oiseaux. La vie est belle.

D’autres voyageurs, avec qui j’ai sympathisé, un groupe d’amis péruviens et une famille chilienne, déjeunent à mes côtés. Alors que je déguste ma première goutte de jus de maracuja, apaisé, les chiliens me demandent :

« Y que tal la situacion en Francia, con los attentados y el terrorismo ? » (« et comment ça se passe la situation en France, avec les attentats et le terrorisme ? »)

Mon jus n’a plus la même saveur…

« La situacion en Francia… ». Comment répondre à cette question… Maintenant, ici, au milieu de la tranquillité de la jungle… S’ensuit un flot de questions / réponses sur le sujet. Happy petit-déjeuner !

Les chiliens partent. Je replonge dans mon jus, délicieux ! Quand tout à coup, les péruviens me demandent :

« Y que tal la situacion en Francia, con los attentados y el terrorismo ? »

Mais vous allez me laisser boire mon jus tranquillement oui ?!! Bon, alors, reprenons… Ça tombe bien, j’adore parler de terrorisme au petit-déjeuner !!

images-1

Plusieurs fois par semaine, on me pose cette question. Chaque nouvelle rencontre est là pour me rappeler cette situation, et pour me donner encore moins envie de rentrer.

Je me souviens, il y a 3 ans, lors de mon précédent voyage… Lorsque je disais que j’habitais à Paris, les gens me regardaient avec des étoiles plein les yeux. « Ahh Francia, ahh Paris, que lindo ! » (« Ah la France, ahh Paris, que c’est joli »). Puis on me parlait de tour Effel, de gastronomie, de musiciens, de Carla Bruni…

Aujourd’hui, quand je dis que j’habite à Paris, les gens me regardent parfois avec compassion. « Ah Paris, povresito » (« Ah Paris, mon pauvre »). Puis on me parle de terrorisme, d’islamisme radical, d’immigration…

Et je ne sais jamais quoi répondre à cette question : « Que tal la situacion en Francia ? », mis à part que l’énergie est assez négative, mais que la vie reste la même. Il est important de rappeler que la France est toujours aussi belle et agréable et que plein de choses positives se passent (mais les médias n’en parlent pas) ; prise de conscience environnementale de plus en plus forte, échanges et économie de plus en plus collaboratifs, vie culturelle toujours aussi importante… Rappeler tout ça, pour que les péruviens, les chiliens, les brésiliens…, aient aussi l’opportunité de voir et d’entendre au-delà de ce que leur raconte les médias.

Et heureusement, beaucoup de personnes n’évoquent pas le terrorisme quand je dis que je viens de Paris, mais continuent de me parler de tour Effel, de ville lumière, de croissants, de musiciens… Et fort heureusement, plus personne ne me parle de Carla Bruni !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *